Adultère • Paulo Coelho

Titre original : Adultery

Auteur: Paulo Coelho

Traductrice: Françoise Marchand-Sauvagnargues

Éditeur: Flammarion

Année de parution: 2014

Nombre de pages: 272

Temps de lecture moyen: 4h30


D’après les statistiques en France, 30 à 40% d’hommes auraient eu des relations hors couples et 15 à 25% des femmes auraient été infidèles. Les raisons évoquées se regroupent sous 3 catégories: une vie de couple impossible, un sentiment de manque d’attention ou de tendresse, une perte pure et simple du désir pour son partenaire. Focus sur cette situation dans ce roman de Paulo Coelho.

Résumé:

Linda a 31 ans et, aux yeux de tous, une vie parfaite : elle a un mari aimant, des enfants bien élevés, un métier gratifiant de journaliste et habite dans une magnifique propriété à Genève. Cependant, elle ne supporte plus de faire semblant d’être heureuse quand, en vérité, elle ne ressent rien d’autre qu’un sentiment grandissant d’apathie et d’indifférence.
Jusqu’au jour où elle retrouve un ancien petit ami. Jacob est un homme politique de premier plan et, lors d’une interview, il éveille en elle un sentiment oublié depuis longtemps : la passion. Elle fera tout pour conquérir cet amour impossible et devra aller au plus profond d’elle-même pour enfin trouver le bonheur.

Mon avis:

J’ai retourné en long et en large et j’ai vraiment eu l’impression que cette histoire ne traitait pas autant qu’on l’aurait cru d’infidélité. Bien sur, il y a un adultère dans l’histoire – c’est le titre du roman donc forcément – mais ce n’est pas ce qui ressort le plus de ma lecture. En fait, l’auteur nous détaille beaucoup plus le pourquoi.

Linda, notre héroïne à 31 ans, a le mari parfait, les enfants parfaits, le job parfait, une situation financière à faire rêver. Toutes ces cases qui font le bonheur aux yeux de la société sont cochées, elle est censé être heureuse, mais… c’est un peu l’inverse. Pire, elle commence à ne plus ressentir grand chose. L’apathie la guette et en elle grandit la peur de ne plus rien ressentir du tout. Alors pour respirer à nouveau, elle cherchera ce qui fait apprécier à nouveau la vie, avant qu’il ne soit trop tard.

Ce qui l’animera sera donc de se donner de nouveaux objectifs, se faire des fixations, sur tout sauf son mal-être et son début de dépression. Une de ses lubies justement sera l’adultère qu’elle va avoir avec avec un ancien petit ami. Consciente de ce qu’elle risque et de sa propre descente aux enfers, elle s’enfoncera toujours un peu plus dans cette abîme qu’elle redoute pourtant. Qu’importe les actions autodestructrices, du moment qu’elle ressent quelque chose à nouveau!

Racontée au je, l’histoire est authentique et touche, la dépression est palpable et on se fait des réflexions sur sa propre vie tant les questions que se posent l’héroïne sont légitimes. On se perd d’ailleurs par moment dans ses réflexions et ses choix instables, et puis on se dit que c’est son propre à elle, une manière de prêcher le faux pour découvrir le vrai? Il faut bien commencer quelque part…

Le tout petit reproche que j’aurais à faire sont les petites lenteurs parfois dans l’histoire. Ça aurait pu être bouclée en moins de 200 pages.

En bref

Plongée à vif dans les sentiments de l’héroïne et introspection vous ferez sur vous même. Bonus découverte: on en apprends beaucoup de la ville de Genève.

⭐⭐⭐⭐

Note (16/20)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :